Investisseurs immobiliers : 7 astuces pour optimiser sa gestion

Quand on regarde de plus près la répartition des métiers sur Evoliz, on s'aperçoit que beaucoup d’investisseurs immobiliers nous font confiance pour gérer leur activité (et on peut dire que ça nous flatte).

💡 Pour tout savoir de leurs trucs et astuces, on a décortiqué le sujet avec Krystel Ywan, Directrice du département investisseurs immobiliers au sein du Groupe SFC. Fort de 24 implantations sur le territoire français, SFC est un cabinet comptable qui recommande Evoliz depuis 2016.
Au sein de ce cabinet, Krystel est un peu la porte parole des investisseurs immobiliers 🏡 Associée depuis 2015, son département compte aujourd’hui 1200 clients : des investisseurs locatifs, des promoteurs, des marchands de biens…

"Ça leur plaît bien d’être dans le suivi. Ce sont souvent des gens qui gèrent un ou plusieurs biens immobiliers en parallèle d’une autre activité : ce n’est pas leur activité principale. C’est du perso donc ils ne le priorisent pas. Il leur faut un logiciel simple d’utilisation pour qu'ils s'impliquent dans la gestion."

Investisseurs Immobiliers : c’est qui, c’est quoi ? 🏢

Sous l’appellation "investisseurs immobiliers", Krystel distingue 3 catégories de clients avec des organisations et des besoins différents. La forme juridique n’a pas vraiment d’impact sur le mode de gestion, c’est bien l’activité exercée par le client qui détermine ses besoins fonctionnels :

1.   Les investisseurs immobiliers qui gèrent leur business en direct 

Ils s’occupent seuls de la mise en location de leur(s) bien(s) à la fois pour des biens à usage professionnels ou d’habitations. "Pour eux, l’utilisation d’un logiciel comme Evoliz est particulièrement adaptée et parfois nécessaire lorsque les loyers sont facturés avec de la TVA".

2.  Les investisseurs immobiliers dont les biens sont gérés par une agence 

"Dans ce cas, il y a peu d’intérêt à proposer Evoliz. L’agence réalise déjà un suivi des loyers et des charges afférentes aux biens, il n’est donc pas utile d'implémenter un outil chez le client, sauf si le volume de bien en gestion est suffisant pour nécessiter un besoin de centralisation des mouvements."

3.   Les loueurs en meublé via des plateformes spécialisées

"Lorsque l’on pense investisseurs immobiliers, on imagine forcément que ce sont des SCI. Pourtant, au-delà de la forme juridique, les premiers clients que j’ai intégré sur Evoliz étaient des loueurs qui pratiquent des séjours de courtes durées en passant par des acteurs tels que Airbnb, Abritel… Chez ces clients, les ventes sont gérées par la plateforme. Les achats sont nombreux avec beaucoup de facturettes. C’est plus simple de structurer ça avec Evoliz."

L'art de détourner la partie VENTE

Astuce 1 : transformer une facture en appel de loyer 

"Pour les investisseurs qui sont plutôt positionnés sur de l’habitation, on ne parle pas de facture mais de quittancement. Ce que je propose à mes clients, c’est de personnaliser leur modèle de facture Evoliz en retirant l'appellation "facture" pour indiquer “appel de loyer."

Astuce 2 : miser sur les factures récurrentes

Dans Evoliz, il est possible de créer des factures récurrentes. Celles-ci vont se générer automatiquement et même s’envoyer au locataire sans aucune action de votre part. 

"De manière générale, je recommande de mettre en place une récurrence pendant 12 mois même si la durée du bail est de 3, 6 ou 9 ans. Cela permet au propriétaire de ne pas oublier la revalorisation annuelle de son loyer."

Astuce 3 : insérer la copie du bail sur la fiche client

Tout est dans le titre. Krystel conçoit Evoliz comme un outil d’organisation de l’activité. Conserver la copie du bail à l’intérieur de son compte permet de centraliser l’information et d’avoir le même niveau d’information lorsque plusieurs personnes interviennent dans la gestion. 

L'art d'entretenir de bons RAPPORTS

"Dans la gestion quotidienne, Evoliz est vraiment super. Grâce à sa vision d’ensemble, on peut facilement accompagner et guider nos clients sur des problématiques telles que "vendre un bien ou le conserver"

En immobilier, le nerf de la guerre c’est le financement, lorsqu’un client souhaite réinvestir, il est facile de faire un état de la situation et de construire nos prévisionnels pour la banque." 📊

Astuce 4 : personnaliser ses classifications de ventes 

"Dès le départ, il est important d’activer les classifications de ventes et de distinguer (à minima) les deux suivantes : 

-        Les loyers, que nous lions au compte 706 (prestations de services)

-        Les charges, que nous lions au compte 708 (produits des activités annexes)"

Avec cette segmentation, Krystel permet à ses clients de suivre facilement la répartition de leur chiffre d'affaires. Côté compta, les collaborateurs du cabinet récupèrent des journaux propres et sans retraitement. 

Astuce 5 : jouer avec l’analytique

"Lorsqu'il y a du volume, on met en place l’analytique sur le compte de nos clients. On crée un axe que l’on nomme par exemple “Immeuble” ou “Bien”. Ainsi, à chaque facture ou dépense saisie dans Evoliz, le doc peut être rattaché à un axe pour ensuite analyser la rentabilité de chaque bien."

L'art de braquer la partie BANQUE

Centraliser ses comptes bancaires 💳, on peut le dire, c’est un luxe pour les investisseurs. "Souvent multi banques, ils font leurs emprunts dans différents établissements de crédit. Avoir la vue sur tous leurs partenaires bancaires depuis une seule interface est stratégique pour eux."

Astuce 6 : créer des règles de rapprochement 

En fonction de son activité, l’investisseur immobilier peut avoir beaucoup de mouvements bancaires à suivre. "C’est le cas pour les gîtes, les chambres d’hôtes… par exemple, car il y a une caution au départ."
En activant ou en créant des règles, on automatise une partie du pointage avec la banque. 

"Pour les emprunts par exemple, la mensualité est fixe donc c’est facile d’automatiser une règle de rapprochement par montant."

Astuce 7 : scinder capital et intérêts 

Pour les plus consciencieux, il est tout à fait possible de scinder un flux en plusieurs, depuis le relevé bancaire Evoliz. Pour avoir un suivi très précis de son emprunt, on scinde le montant du capital de celui des intérêts. "On peut alors savoir d'un coup d'œil quelle est la partie déductible."